Déclaration de l’Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent sur les réductions proposées par l’Administration Trump à l’Initiative de Restauration des Grands Lacs

L'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent, une coalition de maires de plus de 130 villes du bassin représentant plus de 17 millions de personnes, exprime sa profonde inquiétude Programmes de financement des Grands Lacs. Lundi, la Maison-Blanche a publié sa proposition de budget pour l'année fiscale 2019, qui réduit de 90% les fonds alloués à la Great Lakes Restoration Initiative (GLRI) et le financement de l'agence américaine de protection de l’environnement, l’EPA, de 23%.

« Comment le président américain peut-il penser que l'élimination des fonds qui aident à protéger les Grands Lacs est une bonne chose ? » s’insurge le maire de Niagara Falls, New York, Paul Dyster. Pour lui, « Cette proposition démontre clairement son manque de compréhension de la réelle fragilité des Grands Lacs. »

« Avec cette réduction de financement dévastatrice, le président a encore une fois abandonné la région des Grands Lacs. Ce projet de budget à courte vue aurait dévasté l'économie binationale des Grands Lacs en eau douce et 5,8 billions de dollars de notre région pendant des générations. ” avance pour sa part John Dickert, président et chef de la direction de l’Alliance des villes.

La GLRI fournit un financement dédié au nettoyage des sites de déchets toxiques, à l'amélioration de la gestion des eaux pluviales, à la lutte contre les espèces envahissantes comme la carpe asiatique et à la protection des écosystèmes aquatiques et fauniques dans le bassin. Les villes riveraines, qui dépendent des Grands Lacs pour leur approvisionnement en eau potable, pour assurer le dynamisme du tourisme, pour la navigation et pour leur développement économique, sont particulièrement préoccupées par ces coupes budgétaires. Le GLRI a fait la preuve de son efficacité et bénéficie d'un solide soutien bipartisan au Congrès.